понеделник, 31 юли 2017 г.

Michel Houellebecq - Soumission

Une revue flash, c’est-à-dire très rapide , puisque le temps me fait de plus en plus défaut… 
Ce que j’ai aimé dans le livre : il ose aborder des possibilités que l’on a l’habitude de ne pas prendre au sérieux, il hasarde des présages peu attendus. Par exemple, sa description de l’Etat français musulman est presque rassurante : on se demande de quoi au juste on a si peur. En même temps, le sentiment angoissant s’infiltre en vous, comme dans un film d’épouvante (l’auteur se sert, me semble-t-il de procédés empruntés notamment à ce genre, je dirais même à Stephen King). De ce fait, le lecteur se sent dupé par l’écrivain – il a été induit en erreur par le narrateur, qui l’a simultanément angoissé et rassuré. La hardiesse est donc une vertu de ce livre. L’érudition de l’auteur sur Huysmans est riche, personnelle et présentée d’une façon pertinente et intrigante. Au fait, le roman m’a engagé dans une ample réflexion sur le conservatisme en général, sans forcément me convaincre de quoi que ce soit.
Ce que je n’ai pas aimé : il est vulgairement commercial (toutes les scènes de sexualité pornographique, toutes les mentions de plats, etc.) ; il n’y a pas d’intrigue véritable et le roman prend l’allure d’un roman à thèse voltairien. Le manque de style, de souffle, le caractère exsangue, stérile, presque administratif du discours romanesque ne semblent pas apporter grand-chose à l’esthétique du roman. Au contraire, il est parfois lourd et fastidieux à lire. La narration détachée, neutre, blanche pourrait rappeler celle de Camus dans l’Etranger : comme Meursault, le héros affiche une « honnêteté » jugée indécente, impertinente par la société. Comme lui, il n’est pas sûr de comprendre ses propres penchants. J’avoue que j’ai été légèrement indigné et dégoûté du héros, par son manque de caractère, son manque de position, son côté girouette. C'est peut-être voulu et cette indignation fait partie du geste du texte... qui est peut-être de nous hérisser contre le libéralisme. Si c'est le cas, il a raté son objectif, puisque je reste fidèle à mes idées sociales et politiques (je précise que je ne me considère pas comme un libéral extrême, mais plutôt modéré).

Няма коментари:

Публикуване на коментар